Brooklyn Paradis Saison 4 – Chris Simon

Brooklyn Paradis Saison 4 - Chris SimonTitre : Brooklyn Paradis Saison 4

Auteur : Chris Simon

Éditeur : Auto-édition

Parution : 9 Juin 2018

Genre/Thèmes : Drug Thriller

Nombre de pages : 152

Prix : 12,00 €

Résumé

Dans ce tome, les Burden et les parents de Jason sont victimes d’une cabale financière. À Wall Street, on n’aime pas les affaires de drogue. Jeb veut sauver sa boîte de la faillite à tout prix. Le couple Burden s’effrite. Va-t-il survivre ?

Mon avis

J’ai reçu en Juin, de la part de l’autrice (merci encore !), le quatrième et dernier tome de la saga Brooklyn Paradis. Vous pouvez retrouver les précédentes chroniques de cette série sur le blog et sur la chaîne YouTube.

Je vais obligatoirement devoir parler des premiers tomes dans cette chronique pour approfondir mon avis et ne pas écrire qu’une dizaine de lignes, donc ceux qui n’ont pas lu les précédents : abstenez-vous de lire ce qui suit (sauf si le spoil ne vous dérange pas).

Encore une fois, il ne m’aura pas fallu longtemps pour l’achever, de part sa longueur ; 152 pages, mais surtout pour la plume de l’autrice ; mordante et fluide, on ne fait qu’une bouchée de ce roman et de cette saga !

Un tome toujours plein de pep’s ! Difficile de s’arrêter avant de savoir la fin ou au moins la fin du chapitre (même si on sait tous que « je m’arrête au prochain chapitre » est une fumante promesse).

Pour nos personnages, ils tombent toujours plus loin dans les embrouilles de drogue et d’argent. La famille Burden est proche de la faillite et du divorce.

Contrairement au dernier tome, on voit un peu moins Cameron et plus les autres protagonistes, toujours en changeant de point de vue à chaque chapitre/paragraphe. Mention spéciale à Spécial K, le chat de la famille.

Les personnages sont égaux à eux même, même si on voit une petite évolution chez certains comme Courtney et Jeb surtout vers la fin.

Comme dans les autres tomes, on aborde des sujets épineux comme la drogue, la sexualité et les TOC avec légèreté tout en critiquant la nouvelle génération dorée américaine.

Cependant, je suis un peu restée sur ma faim. Ce roman, étant pourtant le dernier, ne boucle pas définitivement toute l’intrigue et beaucoup de questions restent en suspens. Un cinquième tome aurait peut-être été de trop mais quelques pages de plus pour celui-ci, je n’aurai pas été contre.

Bref, j’ai bien aimé lire ce tome comme la saga entière même si la fin n’était pas comme je l’attendais. Une courte série, pas prise de tête et qui nous fait bien rire tout en soulevant des sujets sensibles.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s